HOMME PLISSE ISSEY MIYAKE MET LES SHUNGA A L’HONNEUR

 

Fini l’imper du pépère pervers et place au « oh là là! » des estampes Shunga qui habilleront dès le mois de décembre une série très spéciale d’Homme Plissé Issey Miyake

Entre comique strip et art cru, c’est toute la vitalité cachée d’un érotisme qui est rendue à la vie par les danseurs de vogueing sous l’oeil artistique du photographe Charles Negre et la direction artistique de Pascal Montfort dans cette Spring series Homme Plissé Issey Miyake. Au creux de chaque pli, au détour d’un col ou dans une manche se cachent les ébats très hot entre princesses et poulpes, guerriers et donzelles. 

Les Shunga, ces estampes érotiques qui s’échangeait autrefois sous le manteau (c’est le cas de le dire) et ne se montrent dans les musées que derrière un rideau (plus chic que le nylon des sex shop tout de même), sont excessivement prisées des amateurs d’art du monde entier… et sont même devenues l’une des catégories les plus importantes de l’art nippon.

  • Text / Lily Templeton
  • Produced / 1nstant.fr