GAUCHÈRE, À GAUCHE TOUTE !

Double culture, double grammaire pour cette Allemande devenue Française de cœur et de style.

Derrière le label créé en 2011, on distingue une jeune femme, Marie-Christine Statz. Allemande mais française d’adoption, elle mélange ces deux grammaires de la même façon qu’elle unit le savoir-faire artisanal et les techniques de pointe.

1nstant : Quand, comment et pourquoi vous est venue l’envie et l’idée de fonder
Gauchère ?

Marie-Christine Statz : J’ai terminé mes études en économie en Allemagne avant d’étudier le
Fashion design à la Parson School à New York. Je crois que j’ai toujours eu le désir de travailler dans un milieu créatif et un jour créer ma marque. Quand j’ai déménagé à Paris après 6 années à New-York, j’ai fait une spécialisation à la Chambre syndicale de la Couture Parisienne et j’ai commencé à créer mes premiers prototypes dans mon appartement. J’ai présenté une petite collection dans une galerie dans le Marais pendant la Fashion week de Paris. J’ai eu mes premiers clients dès la première saison mais ce n’est qu’à partir de la deuxième saison quand le Bon Marché a acheté ma collection que j’ai décidé de me concentrer seulement sur Gauchère.

Pourquoi ce nom ?
Mon professeur de drapé m’appelait la Gauchère car je le suis et que je drapais toujours dans le sens inverse des droitiers. Les surnoms proviennent toujours des différences et des spécificités de chacun.

Qu’est ce qui serait « gauche » chez Gauchère ?
La plupart des choses dans la vie ont deux côtés, tout n’est pas blanc ou noir, droit ou gauche… mettre du blanc dans le noir et du gauche dans du droit… rééquilibrer les extrêmes…

Le savoir-faire artisanal, les découpes au laser sont votre marque de fabrique ?
Le savoir-faire “hand-made” fait partie de l’ADN de la marque, nous développons dans notre atelier différents tissus avec différents traitements, découpe au laser, plissé, pipping etc.. J’aime travailler sur la totalité du tissu extérieur et intérieur, la plupart du temps sur des tissus utilisés pour les vêtements d’hommes que je traduis en silhouettes féminines réversibles.

Parlez nous des inspirations de votre collection AH 18/19.
Cette saison, j’ai été inspiré par une énergie musicale : Blind trust de Cabaret Nocturne, qui a ouvert la bande son de ce défilé. Ce musicien est connu pour sa fusion pop 80, des lignes de basses sombres déséquilibrées par un beat house dansant.

Côté matières, coupes et porté ?
La collection est définie par un mélange de textures, de tissus et de volumes contrastés : du velours techno mélangé à du cuir d’agneau, du calfskin avec des pulls en mohair brossé, des pulls décomposés avec des robes en soie. Les détails sont les éléments clefs du design dans toute la collection : les coudes sont libérés dans chaque manteau et chaque pull et cela accentue les supers longues manches. Les chevilles sont marquées avec des pipings contrastés sur les pantalons en laine.

Quelle en est votre pièce favorite ?
Look 1 et Look 16 mais je les aime tous. Chaque look m’inspire une attitude et c’est cette diversité que j’aime dans ce que je fais.

Quelle différence entre votre première collection et celle-ci ?
Les choses ont pas mal évolué depuis que j’ai commencé ma première collection dans mon appartement. J’ai réussi à m’entourer d’une équipe formidable et j’ai créé mon propre atelier à Paris ce qui me permet de tout développer à Paris. Nous avons établi de bonnes relations avec nos fournisseurs et les usines ce qui est essentiel pour la qualité de production et les temps de livraisons qui sont très courts. Nous présentons maintenant quatre collections par an depuis que nous avons ajouté les collections printemps et automne. Depuis quelques saisons, nous agrandissons la partie knitwear et nous développons nos chaussures et nos accessoires cuir. Je crois que Gauchère est en constante évolution et grandi dans sa propre direction, devient de plus en plus fort en inscrivant sa signature.

Que gardez vous de vos expériences chez Narcisso Rodriguez et Diane von Furstenberg ?
Chez Narcisso j’ai appris la construction du vêtement et chez Diane, le développement des imprimés.

Quel est le type de mode que vous revendiquez ?
La qualité, la coupe et la matière du vêtement sont très importantes pour moi. J’aime créer des collections modernes avec une attention aux détails, sans époque et qui parlent d’elles-mêmes.

Êtes vous en cela conforme aux créateurs de votre génération ?
Je crois que dans notre génération il y a des business model et idées qui se développent dans deux directions. Il y a la fast fashion, conduite par un changement permanent et une durée de vie courte. De l’autre côté, il y a un fort désir grandissant de tout ce qui est écologique, éthique, avec des produits locaux et durables.

Vers quoi tend la mode d’aujourd’hui ?
Aujourd’hui plus que jamais, il y a beaucoup de trends qui se développent simultanément, mais je crois que nous devrions plus parler de style que de trend.

Savez vous quel type de femme porte vos vêtements ?
La femme Gauchère est la partie progressiste de la société moderne. Elle sait ce qu’elle veut dans la vie et elle aime l’exprimer. « Vivre et laisser vivre » n’est pas seulement une formule mais une attitude face à la vie. Elle a confiance en elle et elle est « brand savvy ». Elle a son propre style et elle sait ce qui lui va.

Combien de points de vente comptez-vous en France et à travers le monde ?
Nous travaillons exclusivement avec le Bon Marché à Paris et nous avons deux autres points de vente en France. Dans le reste du monde nous en comptons 25 autres.

Et côté commerce en ligne ?
Nous allons lancer notre site web cet été avec notre e-shop cet automne.

Gauchère en un mot ?
Intuition.

Vos créateurs favoris ?
Il y en a de nombreux. Une d’entre eux est Jill Sander – je respecte beaucoup comment elle a créé et transposé un look puriste et minimaliste dans le monde de la mode, dans le monde du luxe, à travers ses collections mais aussi dans ses magasins, dans le packaging -dans tous les aspects de la marque jusqu’aux campagnes de pub.

www.gauchere-paris.com

  • Ad / Vinz
  • Produced / 1nstant.fr