CHEZ ARMELLE

C’est parce qu’elle voulait explorer la troisième dimension qu’Armelle Chatriot a embrassé la sculpture. Trouver la juste forme, réfléchir sur le point et la ligne –son travail cisèle la matière avec une force féminine. By Camille Luciani & Christine Lerche Interview Judith Spinoza

Anastasia porte un body Forte Forte, veste et bottes & Other Stories, collier Regina Dabdab.

SEVRES-1NSTANT

Anastasia porte un body Forte Forte, jupe Prada.

SEVRES-2-1NSTANT

Anastasia porte un soutien gorge Princesse Tam Tam et une jupe culotte Victoria Beckham.

SEVRES-3-1NSTANT

Inna porte un manteau MSGM, chaussures Anthology. Anastasia porte un manteau Daweï, chaussures Kickers by Adieu.

SEVRES-4-1NSTANT

Anastasia porte une jupe culotte Victoria Beckham, soutiens gorges Princesse Tam Tam, sandales Prada,chaussettes Fogal. Inna porte un pantalon Damowang, top Daweï, veste cuir Untitled 19, chaussures Camper.

SEVRES-5-1NSTANT

Inna porte une jupe short Chanel, soutien gorge Princesse Tam Tam.

Inna porte une jupe short Chanel, Soutien Gorge Princesse Tam Tam

Inna porte une blouse Sarenza X Salut Beauté, mocassin Anthology. Anastasia porte un pull Tory Burch, blouse Sessun, culotte Playtex, chaussures Kickers by Adieu.

SEVRES-7-1NSTANT

Photographe/Camille Luciani @https://www.instagram.com/camille.luciani/
Style/ChristineLerche@https://www.instagram.com/christinelerche.stylisme/ Models/Anastasia@https://www.instagram.com/anastasiaiff/ @https://www.instagram.com/suprememgmtparis/ Model/ Inna Fisun @https://www.instagram.com/fisunka/ Hair /Cyril Nanino @https://www.instagram.com/cyril_nanino/ Isis Moënne Loccoz @ https://www.instagram.com/isismoenne/

C’est parce qu’elle voulait explorer la troisième dimension qu’Armelle Chatriot a embrassé la sculpture. Trouver la juste forme, réfléchir sur le point et la ligne –son travail cisèle la matière avec une force féminine.

La sculpture aux airs d’Henry Moore sur laquelle est allongée le mannequin est double face. « D’un coté c’est un personnage, de l’autre, un banc. Je l’ai réalisée il y a dix ans. » C’est encore 20 ans auparavant, en 1990, que l’ancienne dessinatrice se lance dans la sculpture. « En sortant de Penninghen, reprend Armelle d’une voix grave, presque cassée, j’ai travaillé comme DA pour des magazines. » Il y avait le dessin, les piges… « J’avais envie d’explorer une troisième dimension. C’est comme ça que je me suis lancée dans cet art –et que je ne l’ai plus lâché. » Un travail fascinant. Physique. Mental. Un travail de volume, de recherche de matière que la sculptrice accompli sans relâche dans son atelier à Sèvres. Rencontre.

Vous œuvres vont du très petit au très grand. Quels sont vos matériaux de prédilection ? Je travaille tous les matériaux, sauf la pierre que j’ai abandonnée… Pour les très petites oeuvres, ce sont plutôt des modelages en terre ou en bronze. Pour les sculpture moyennes, comme les plaques, le grès. Et pour les très grands formats, de la résine. Je n’ai pas de préférence, c’est le projet qui définit la matière.

Votre dernière œuvre ? C’est un bonzaï mort dont j’ai figé le tronc dans la résine et sur lequel j’ai accroché des morceaux d’impression en plexiglas ; j’ai sculpté l’autre côté avec du plâtre.

Votre travail est souvent comparé à celui du britannique Henry Moore. Était-il l’une de vos références artistiques quand vous avez commencé ? C’est une comparaison très flatteuse, mais je ne sais pas vraiment si j’ai des références. Un artiste essaye toujours d’être unique. Néanmoins, j’ai tenté de livrer ma propre interprétation du poids et de la ligne dont Kandinsky ou Rothko ont été les précurseurs.

Quelle est votre sculpture favorite ? Il s’agit d’une femme œuf en bronze. Je l’ai réalisée dans les années 2000. Chaque fois que je la regarde, je me demande si je parviendrai encore aujourd’hui à autant de justesse. Elle représente le dos d’une femme qui se transforme en œuf sur le devant. C’est un symbole de maternité, de féminité, de douceur… Une matrice.

Qu’est ce qu’une forme réussie ? Je dirai plutôt que c’est le moment où l’on pense que la sculpture est arrêtée. Qu’il ne faut ni ajouter, ni enlever pour ne pas tuer son élan et son harmonie.

www.archa.fr