NOUVELLE TÊTE POUR CARITA

Nouveau design, nouveau Directeur Artistique en la personne de John Nollet, nouveaux services réunissant beauté et gastronomie, la métamorphose du mythique 11, rue du Faubourg Saint Honoré rappelle que la Maison Carita a initié le concept de beauté globale il y a 7 décennies. By Judith Spinoza.

NEW CARITA 1NSTANT STORY

NEW CARITA 1NSTANT STORY

NEW CARITA 1NSTANT STORY

NEW CARITA 1NSTANT STORY

NEW CARITA 1NSTANT STORY

NEW CARITA 1NSTANT STORY

1nstant :

Nouvelle tête pour CARITA By Judith Spinoza

Nouveau design, nouveau Directeur Artistique en la personne de John Nollet, nouveaux services réunissant beauté et gastronomie, la métamorphose du mythique 11, rue du Faubourg Saint Honoré rappelle que la Maison Carita a initié le concept de beauté globale il y a 7 décennies. 

11 suites de beauté, un studio du regard, un salon de coiffure de 85m2, un appartement de beauté privatisable, un restaurant de 125 m2, un concept store, c’est un autel et pas seulement l’hôtel particulier de la beauté fondé par les sœurs Carita qui va réouvrir ses portes et ses trois étages ce 28 septembre.

Noir, blanc et lumière

L’idée est emballante : passé le célèbre porche qui ne fait qu’un avec le logo, on pénètre un espace « monumental, spectaculaire et mémorable ». Une façon de marquer dans la pierre le passage du temple à celui de cathédrale moderne de la beauté. Orchestrée par les architectes Cristiano Benzoni et Sophie Thuiller de REV STUDIO, cette métamorphose à la fois organique et précise fait de l’atrium l’épicentre des lieux. Carrefour des différents espaces spécialisés auxquels on accède par des passerelles, ce ventre palpitant alterne ainsi des espaces ouverts rythmés par des fauteuils Tulip et les sofas Pumpkin Pierre Paulin et des espaces particuliers : les suites privées au premier étage, un salon de coiffure doté d’un bar à coupe au second, le studio consacré au regard et l’appartement privé doté d’un salon, d’une salle à manger, d’une suite de coiffure et d’une suite de soin double au troisième étage. 

Ajoutez à cette ruche vibrante les 35 couverts du restaurant Rosy tenu par la cheffe Amandine Chaignot pour une pause gourmande et, adossée à la galerie du rez-de-chaussée, la boutique Carita. Et si la maison de beauté joue de ces codes noir et blanc dans son concept store et dans ses étages, c’est bien un « blanc complexe » qui l’emporte afin de révéler les ouvertures en arches des trois étages de l’atrium pénétrés par une lumière vibrante. Une subtile façon de rappeler le bon mot des deux sœurs et la place capitale de l’éclat de la peau dans leur travail : « il n’y a pas de femmes laides, il n’y a que des femmes grises ». 

La care de CARITA
Rappelez-vous : Soixante-dix ans auparavant, le 15 décembre 1952, Maria et sa cadette Rosy Carita, coiffeuses toulousaines installées à Paris depuis 5 ans, inauguraient ce même lieu, en réunissant plus de 200 experts en beauté (esthéticienne, maquilleurs, coiffeurs, visagistes etc). Du blond Deneuve à la frange de Françoise Hardy en passant par la coupe garçonne de de Jean Seberg, les femmes Cartita se suivent sans se ressembler. Ce qui les rassemble : la vision, la créativité et l’efficacité de cette maison de coiffure devenue pionnière en hautes technologies et en soins, également créatrice de gammes culte. L’avant-garde de la tête aux pieds, le corps dans son entier, voilà ce qu’ont proposé les sœurs Carita, visionnaires holistiques, n’hésitant pas, avant l’heure, à utiliser des machines dans leurs protocoles de soins pour booster l’efficacité de leurs produits qui s’appellent aujourd’hui la nouvelle gamme OR Rejuvenic, la gestuelle « chorégraphic » composée de 53 gestes de massage et la technologie PRO.MORPHOSE R.F. basée sur l’énergie radiofréquence.

Une beauté totale, mais pas que… « Il nous fallait conjuguer beau et bon, sans aucune concession », explique Charles Finaz de Vilaine, Global Brand Director Carita. Autrement dit, au souci de beauté intérieure et extérieure se greffe le souci d’éco responsabilité. Métaux, pierres et bois, « le design, rappelle la maison, a été intégralement écoconçu à l’aide de matériaux et de techniques choisis pour leur durabilité, leur recyclabilité et la qualité de leurs labels environnementaux. » Ainsi, pendant le chantier, 95% des déchets issus de la déconstruction ont été revalorisés tandis qu’une technologie de réduction d’eau permet de baisser la consommation. Enfin, chaque produit de la marque a été imaginé de la manière la plus green possible. Au temple Carita on prend soin de soi. Et de la planète.

John Nollet, nouveau DA Carita

Hair Artist, coiffeur star, il est le coiffeur français le plus en vogue auquel la maison a confié la nouvelle vision de sa beauté globale : il a dessiné les uniformes de l’équipe inspirés du style 60’s, imaginé un protocole d’accueil d’exception, des rituels pour la clientèle VIP et l’ambiance musicale ! 

www.carita.fr

11, rue du Faubourg Saint Honoré

75008 Paris