OBJECT PARTICOLARE

Elle a grandi entre la France et l’Italie. Oscillé du lac Majeur à Milan, de Paris à Rome pour finalement ne plus choisir et voguer entre Milan et Paris. Pourtant, les sacs de Constance Ponti parlent une même langue –latine-, voir un même langage : celui d’objets au savoir-faire si particulier qu’il est devenu le nom de la griffe de maroquinerie. Object Particolare, qui lance sa seconde collection. By Judith Spinoza.

Aviez vous déjà un lien avec la mode ? 

Ayant vécu entre Paris et Milan et étant issue d’une famille où les femmes font attention à ce qu’elles portent, j’ai toujours été très attentive à la mode. De plus j’ai de la famille dans les usines du Nord de l’Italie ce qui m’a permis d’observer et comprendre comment se font les sacs des plus grandes marques. De là est née une véritable passion. 

Vous avez fondé la griffe en 2018. Votre seconde collection s’intitule Brera, selon le quartier chic milanais. Est-ce un hommage au chic, à la sophistication ?

C’est un hommage à cette ville, à ce quartier artistique et aux milanaises qui y vivent. On peut y flâner dans les rues piétonnes, s’arrêter à la Pinacoteca admirer les œuvres de Bellini (qui n’est pas seulement un cocktail !) et boire un café à l’étage. C’est d’ailleurs dans ce magnifique endroit que nous avons fait le shooting de nos premiers Brera avec l’artiste Inès Mélias qui représente cette collection avec romantisme et brio.

La première, baptisée Vitti, de l’actrice Monica Vitti, est elle aussi un hommage à l’Italieet à son cinéma. Le rose fushia est-il un clin d’œil à sa féminité et la forme du sac, un rappel de la Cupola, la villa d’Antonioni, son partenaire ? 

C’estl’inoubliable époque de Cinecittà dont Monica Vitti est l’une des grandes figures… Nous avons travaillé la forme du sac avec la designer Petra Langerova et notre maître artisan Gianni Piras en nous inspirant en effet de la Cupola. Le Vitti medium est rapidement devenu notre best-seller. J’ai donc décidé de le décliner pour l’été dans des couleurs un peu plus flashy. Mais il est vrai que ce fuchsia qui a beaucoup de succès peut rappeler la féminité de la pétillante Monica Vitti ainsi que de toutes les femmes que nous souhaitons représenter. 

Qu’y a t-il de si Particolare dans vos créations ? Savoir-faire, pièces uniques numérotées, sens du détail ?

Tout ! De l’idée initiale (laisser libre à l’imagination de l’artiste en choisissant un designer et lui demander de dessiner son objet particolare à lui tout en respectant notre style) à l’étude du sac à l’ancienne (notre maître artisan utilise des cartons et non pas des ordinateur), jusqu’à la conception (chaque membres de notre atelier a un rôle précis pour façonner ces pièces uniques une par une). 

Pensez-vous que ces valeurs de marque sont plus impactantes que le design ? Je pense qu’il faut allier nos valeurs à un design intemporel néanmoins respectif à chacun des artistes designer avec lesquels nous faisons le choix de travailler. Une marque sans valeur ne peut fonctionner mais l’on s’intéresse à la marque si le design du sac attire l’attention ! 

Combien de pièces sortez vous par collection ?

Nous travaillons avec un designer sur un modèle en particulier pour qu’il crée son « objet particolare » à lui. Puis nous le déclinons en plusieurs tailles, et plusieurs couleurs. Pour le modèle Vitti, nous avons ajouté une poche en cuir afin de fermer le sac aux deux plus petits modèles. Et nous avons rajouté une pocket à l’intérieur des deux plus grands modèles afin de ne pas perdre les objets précieux. Pour nous l’aspect pratique est essentiel. Nous souhaitons proposer des sacs quotidiens aux femmes « particolare », aux femmes actives. 

Peut-on les faire réparer ?

Bien sûr dans notre atelier dans le Nord de l’Italie ! Nous sommes là pour cela, même s’il n’y a pour l’instant jamais eu de problèmes après-vente. Nos sacs ont le mérite d’être solides. 

Pourquoi avoir choisi la maroquinerie et le made in Italy ?

Produire local est important pour moi, d’où le 100% made in Italy. Evidemment, avec de la famille dans les ateliers du Nord de l’Italie, c’était comme une évidence ! Le cuir est une affaire de famille, et je trouve le travail de recherche dans les différentes matières et couleurs passionnant. 

Y a t-il une différence dans la façon de travailler le cuir en Italie et en France ? 

Je pense que chaque atelier à ses petits secrets, le nôtre est de travailler en symbiose et de faire un sac à la fois. 

Que pensez vous de l’injonction du cuir végétal ? La filière cuir n’est-elle pas à défendre du fait de la noblesse artisanale de son savoir-faire ?

C’est un sujet d’actualité et je suis pour l’essai du cuir végétal ! Nous essayons à notre propre échelle d’éviter la surconsommation en ne nous pliant pas aux lancement de nouvelles collections chaque saison et en utilisant nos chutes de cuirs pour produire des accessoires élégants et utiles. Cependant, pour l’instant, nous souhaitons encore utiliser le cuir de veau dont la noblesse est inégalable. 

Simplicité, authenticité, confort sont les mots que vous choisissez pour décrire Object Particolare. Est-ce la trilogie de ce que recherche une femme quand elle choisie un sac à main ?

Je pense qu’il y a des sacs à mains pour chaque occasion. Mais moi, j’essaye d’offrir aux femmes un sac à main pour toutes les occasions ! Pour la femme active qui n’a pas forcément le temps de rentrer chez elle. Ainsi avec le Vitti elle peut aller travailler (ordinateur, dossier, scénario format A4, affaires de rechange…) puis sortir sa pocket le soir par exemple ! Pour créer un objet quotidien il faut que celui-ci soit simple, pratique et léger tout en restant beau, élégant et structuré. Je pense aussi qu’aujourd’hui la femme recherche l’intemporalité, avoir un objet qui dure dans le temps. Enfin, je suis persuadé qu’un accessoire doit mettre la femme en valeur. Je dis souvent que j’ai réussi mon pari si je regarde non pas le sac mais la femme qui le porte ! 

Quel sera le thème de la prochaine ligne ?

Pour notre prochaine ligne nous sommes en train de nous diriger vers le design industriel milanais accompagné de grands artistes du milieu. Il s’agira d’une nouvelle collection avec de nouveaux designers milanais, toujours façonnée dans notre cher atelier vénitien, distribuée dans plusieurs points de ventes en Europe ! Chi va piano, va sano !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *