TABLEAUX DE FEMMES BY BARBARA BUI

La designer Barbara Bui a réalisé des portraits de personnalités féminines du monde de l’art et de l’entreprise habillées de pièces emblématiques de ses collections. Tour d’horizon d’une maison de mode, qui à travers le vêtement, transmet un message d’émancipation et de liberté. By Silvia Manzoni.

Uèle Lamore, chef d’orchestre. Laetitia Dosch, comédienne. Laurianne Melierre, chef d’entreprise. Nora Sahli, journaliste. Blanca Li, chorégraphe. Camille Lellouche, chanteuse et humoriste. Charline Mignot (aka Vendredi sur Mer), auteure-interprète. Narumi Herisson, compositrice. Elodie Frégé, compositrice-interprète. Estelle Chemouny, influenceuse. Anka Hasebrink, directrice de la boutique Barbara Bui avenue Montaigne. Onze personnalités différentes, onze femmes passionnées et libres à qui la styliste Barbara Bui donne voix à travers une série de portraits en noir et blanc diffusés sur Instagram (#BBuiWomen), dans lesquels elles portent les pièces d’une garde-robe qui leur ressemble. Une galerie ouverte qui s’étoffera au fil des rencontres.

« Je n’ai pas une muse ou une égérie, toutes ces femmes portent les valeurs de ma maison » explique-t-elle avec un grand sourire.

Contribuer à la vie des femmes grâce aux vêtements…Cet engagement accompagne Barbara Bui depuis toujours. Elle imagine ses créations comme « des vecteurs de force, permettant à chacune de s’exprimer sans gommer les paradoxes ». Le vêtement incarne la personnalité de celle qui le porte « il lui donne confiance, rime avec émancipation ». Une forme d’empowerment qui passe par le tailoring, le choix des matières et un style qui défie les tendances. « C’est ma conception du luxe: mettre en avant son côté noble et pérenne. La mode n’est pas faite pour être jetée d’une saison à l’autre, mais doit accompagner notre périple de vie ». Un statement qui est aussi l’expression d’une philosophie contre le gâchis. « La vraie écologie pour moi, c’est cela: acheter moins mais mieux ».

Le tailoring tout d’abord. Une réécriture des classiques, souvent empruntés au vestiaire masculin avec une touche fittée qui dessine le corps féminin. Leurs points forts: un jeu de déconstruction-construction tout en finesse, avec des tombés parfaitement finis dans les vestes et les tailleurs qui, même dans les superpositions, respectent l’équilibre des proportions.

Les pièces emblématiques – Le t-shirt devient une vraie signature de style

pour l’été. Version crop-top en coton blanc; noir , paré d’un collier-chaîne pour un look et jour et soir; drapé avec une broche-épingle à nourrice qui en souligne l’esprit rock. Les vestes androgynes en crêpe, à associer à un large pantalon taille haute ou à un short.

Pour l’hiver, le trench en gabardine trois-en-un, fascinante déclinaison de ce classique; les étroites cuissardes en cuir vegan stretch, qui prolongent la silhouette; les duos chemise-pantalon qui fusionnent pour donner l’impression d’une combinaison.

Les matières – Du cuir, souple et fin. « Certaines matières vous aident à vous sentir plus fortes et le cuir est la plus noble d’entre elles » affirme Barbara; la maille, même en été, sur des tops et des débardeurs dos-nu; le jean dans une texture brillante et couture, et la laine grain de poudre pour des blazers impeccablement coupés. Barbara offre pour la deuxième saison un hommage au cuir vegan, produit en Europe, que l’on retrouvera l’hiver prochain pour un magnifique trench beige, les cuissardes et un sac. «Il a été élaboré dans nos usines et correspond parfaitement à mon offre, très confortable et moins délicat que le vrai cuir. Aucune concession sur la qualité ».

Barbara préfère aujourd’hui aux podiums des fashion week des présentations plus sur-mesure passant par le digital aussi bien que par les points de vente, dont le décor est renouvelé toutes les trois semaines pour se coordonner aux « épisodes » de la collection.

« Nous avons décidé de donner une nouvelle séquence narrative aux collections, désormais segmentées en différentes histoires, les épisodes, pour mieux coller à la saison » explique la designer.

Dans la collection dessinée pour l’été, comme dans celle d’hiver, Barbara a travaillé en privilégiant «la fonctionnalité; il y a peut-être moins de pièces festives, l’accent est plutôt mis sur une certaine décontraction même si j’aime travailler sur des modèles qui ont une tenue. Le confort est confié surtout à un choix de matières très agréables au toucher comme l’angel-skin ou le crêpe cady de soie; mais aussi à un travail sur les volumes amplifiés, dans lesquels lover le corps. »

En résumé: des pièces timeless pour habiller le « quotidien actif » de ces femmes inspirantes. Avec un clin d’œil à un certain mood rock. «Il reste toujours présent dans mes créations – sourit Barbara – et leur donne cette touche de dynamisme qui les rend encore plus séduisantes».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *